Ce qui a déclenché les émeutes de novembre 2005

Publié le par drzz

Par Media Ratings, la première agence de notation des médias, http://www.m-r.fr/

Les émeutes françaises de l’automne 2005 (près de 10 000 voitures brûlées et 3 000 interpellations en 21 jours) furent déclenchées par la mort de deux adolescents, Zyed Benna et Bouna Traore, dans un transformateur EDF le 27 octobre 2005.

Nous avons déjà analysé les errements de certains médias lors de ces émeutes urbaines.

 

 

 

 Récemment, un rapport de l’IGS (Inspection Générale des Services) a été rendu public.

Les médias français ont commenté ce rapport et tous ont insisté sur la responsabilité des policiers dans la course poursuite qui a conduit au drame :

- L’Humanité : « Au final, l’IGS qualifie le comportement de certains policiers « d’une légèreté et d’une distraction surprenantes »,

- Libération : « le comportement des forces de l'ordre a été «d'une légèreté et d'une distraction surprenante» »,

- Le Figaro : « ce document de quatorze pages souligne que certains fonctionnaires ont, ce soir-là, « fait preuve d'une légèreté et d'une distraction surprenantes »,

- Le Monde : « Dans ses conclusions, l'IGS établit qu'il y a bien eu une course-poursuite, et critique sévèrement le comportement, "d'une légèreté et d'une distraction surprenantes", de certains policiers. »,

- 20 Minutes : « Après la publication, jeudi, d'un rapport de l'IGS évoquant la «légèreté» de la police, dans la mort de deux jeunes, le 27 octobre 2005 à Clichy-sous-Bois, le patron de la police des polices Eric Meillan a affirmé qu'au vu de l'enquête disciplinaire menée après la mort de Zyed et Bouna, «aucun manquement à ce jour n'est établi» de la part de la police ».

 

Etonnamment, l’élément déclencheur de la course poursuite rappelé dans le rapport de l’IGS a été ignoré par la quasi-totalité des médias : « Deux ou trois jeunes seraient entrés sur un chantier privé, un autre faisant le guet. Pour l'IGS, " la tentative de vol était bien constituée dans la mesure où ses auteurs n'avaient renoncé à leur action concertée et organisée, non pas de leur propre fait, mais suite à l'intervention rapide et efficace des policiers de la BAC 833 " »

 

On observe que seuls Le Figaro et le Monde ont expliqué à leurs lecteurs pourquoi les deux adolescents ont été poursuivis et pourquoi ils ont trouvé « refuge » dans un transformateur EDF.

Toutefois ces deux quotidiens ont titré leurs articles sur la « légèreté des policiers ».

Serait-ce une façon pour Le Figaro et Le Monde de minimiser l’élément déclencheur de la course poursuite, le vol sur un chantier ?

 

Il s’avère donc que la quasi-totalité des médias a enfreint le critère suivant de la méthode PHILTRE :

- Exhaustivité : non-occultation et non-omission d’éléments essentiels à l’intelligibilité de l’information présentée.

 

Enfin, tout lecteur intéressé par l’affaire regrettera que la totalité du rapport ne soit pas en accès libre. Il aurait pu se faire une idée par lui même de son contenu.

D'autres articles sur le même sujet : l'intifada des banlieues

 

Publié dans drzz

Commenter cet article

drzz 18/12/2006 19:00

Sioux, le doute et l'interrogation sont les deux instruments les plus utiles aux cheminement intellectuel, comme le rappelle bien justement David Martin.
A ce titre, ton intervention totalitaire - les interdire - est inutile.

Sioux 17/12/2006 21:15

En gros tu ne sais rien sur cette affaire, qu'est ce qui te permet de ramener ta fraise sur le sujet alors ?

david martin 17/12/2006 09:40

On remarquera, pour rebondir sur les propos d'Helios, que dans l'affaire récente de ce malheureux Tunisien qui se serait noyé près de Nantes, là aussi, seule la responsabilité des policiers est engagée alors que , si l'on recoupe les témoignages, l'histoire est bien plus complexe et cet homme était tellement imbibé d'alcool que le tragique accident est la piste la plus plausible.

En ce cas, pourquoi ne pas chercher également chez celui qui lui a vendu de l'alcool, chez ceux qui ont bu avec lui.

Chercher un seul coupable et écarter le reste est une sacré distortion de la réalité.

Notons aussi que ce rapport ne fait jamais mention de la difficulté des policers à agir dans les quartiers dit sensibles. Quoiqu'ils fassent, on leur reproche !!

Helios 17/12/2006 01:02

Les médias se préoccupent de rapporter une partie de l'histoire celle qui servira à déresponsabiliser les deux victimes afin de mieux condamner les policiers qui ont fait preuve selon le rapport de distraction et de légèreté. Cependant les victimes n'étaient pas ignorantes du danger, comment pouvaient-elles l'être puisqu'elles ont choisi de se cacher dans un lieu où elles étaient certaines que personne ne prendrait le risque d'aller les chercher.
 
N'est-il pas étonnant que l'enquête ait concerné la police seulement alors qu'une enquête exhaustive aurait permis de dégager la responsabilité de tous les acteurs y compris les parents des victimes.
 
Les policiers devront-ils s'abstenir désormais de poursuivre les délinquants?
 
Helios