Ce que les Irakiens pensent de la France

Publié le par drzz

 Vous n'en entendrez jamais parler !

Pétition d'organisations civiles irakiennes adressée à Kofi Annan, et copiée à plusieurs chefs d'Etat, George W. Bush y compris. Le document a deux ans (octobre 2004) mais le contenu est toujours d'actualité :

Son excellence Kofi Annan, Secrétaire Général des Nations Unies

 Nous vous adressons nos meilleurs voeux et notre grande estime,

 Nous, les soussignés, aussi bien des organisations civiles irakiennes que des groupes d'Irakiens et d'Arabes sommes grandement inquiet des tentatives incessantes d'un certain nombre de gouvernements à combattre le processus démocratique irakien. A la tête de ces gouvernements se trouve la France. Depuis le début, ce gouvernement, sous prétexte de protéger l'intégrité du peuple irakien, s'est opposé aux initiatives de la communauté internationale pour aider le peuple irakien à en finir avec le régime despotique de Saddam Hussein, un danger pour la paix et la sécurité internationale. Il a menacé d'opposer son veto au Conseil de Sécurité de l'ONU pour combattre toute résolution qui aurait pu aider le peuple irakien à se débarasser de leur régime dictatorial.

 

 

  Il est utile de montrer aux Irakiens qui croient en la démocratie et en un nouvel Irak qu'ils ne sont pas une minorité comme veulent le laisser croire les médias et qu'il y a de nombreux frères et soeurs qui aspirent à ce qu'ils aspirent : paix et démocratie. C'est le début de nouveaux efforts de la part du peuple irakien qui a été réduit au silence pendant tant d'années et qui est actuellement en proie au terrorisme dans son propre pays.

  Après la libération de l'Irak par les Etats-Unis, alliés à de nombreux pays du monde, le gouvernement français a plaidé pour la participation de l'ex-parti baasiste dans le gouvernement transitoire sans se soucier de l'idéologie totalitaire de celui-ci et de son passé nationaliste, fanatique et sanguinaire. Les efforts [français] ont été répétés en différents occasions, notamment l'appel continuel au retrait de l'Irak de la force multinationale, une force dont l'Irak a besoin pour assurer sa sécurité. L'effort le plus récent du gouvernement français dans ce sens a été la demande d'une conférence internationale en Egypte pour inclure dans le gouvernement transitoire ce que les Français appellent "la résistance irakienne". Nous voulons vous rappeler  que cette "résistance" n'est rien d'autre qu'une alliance de membres de l'ancien régime à Bagdad et des islamistes étrangers, des groupes terroristes affiliés à Al-Quaeda, la nébuleuse dirigée par Ben Laden, dont la branche irakienne est aux ordres du Jordanien Abou Moussab Al-Zarkawi, ainsi que des criminels libérés par Saddam Hussein juste avant sa chute.  

 Le gouvernement irakien a refusé la présence des terroristes à cette conférence, qui était une conférence adressée à des gouvernements et non une réunion pour organisations non-gouvernementales. Cette prise de position [du gouvernement irakien] est partagée par les organisations civiles irakiennes. Mais pas par le gouvernement français, qui a proposé une nouvelle conférence dans laquelle les terroristes irakiens auraient été inclus sous le label "organisations civiles irakiennes". Cette appellation signifierait donc que ces [terroristes] sont des sociétés civiles éprises de paix qui croient en la démocratie, rejettent la violence et le terrorisme, pensent protégér les droits de l'homme et gérer le pays pacifiquement. Nous ne savons pas si le gouvernement français a décidé que ces groupes terroristes pouvaient se rendre à la conférence masqués ou s'il pensait les dispenser de la cagoule, lequel cas les otages et les témoins de leurs crimes pourraient voir les visages des assassins.

 Nous pensons que le but du gouvernement français est d'accorder une légitimité aux groupes terroristes en Irak, reporter les élections voulues par le peuple irakien et accélérer le retrait de la force multinationale avant que la sécurité et la stabilité puissent être établies en Irak, et la démocratie installée. Cela va à l'encontre de la résolution No 1546 du Conseil de Sécurité qu'a approuvé par ce même gouvernement français, une résolution qui donnait au gouvernement transitoire irakien et à lui seul l'autorité pour demander, ou non, le retrait de la force multinationale. Nous pensons qu'un retrait de cette force dans cette phase importante dans la vie du peuple irakien est la voie ouverte, soit à un retour du régime de Saddam Hussein - celui qui a rempli l'Irak de fosses communes et déplacé des millions de personnes -, pour qu'il puisse continuer à persécuter le peuple irakien, soit par la transformation de l'Irak en un havre pour les criminels, les meurtriers et les terroristes, changeant ce pays en un centre du terrorisme international visant à menacer la sécurité et la paix internationale.    

  Nous vous demandons à vous, Votre Excellence le Secrétaire Général, pour exiger des Etats qui entourent l'Irak aussi bien qu'au gouvernement français de changer son attitude négative à l'égard du peuple irakien et rejoindre la communauté internationale dans ses efforts pour aider l'Irak et son peuple à défaire le terrorisme, installer la sécurité et la démocratie et reconstruire leur pays, restorant par là-même la sécurité du Moyen Orient, la clé pour la sécurité et la stabilité du monde. 

  Nous vous remercions de votre attention,  

  - Signature-

 

 

     Pétition jointe. 1'706 signatures d'Irakien enregistrées sur internet, nombre total introuvable sur les sources consultées

      Copie à

 

 

 

    1. George W. Bush, Président des Etats-Unis d'Amérique

 

 

 2. Tony Blair, Premier Ministre du Royaume Unie

 

 

3. Jack Straw, Ministre des Affaires Etrangères, Royaume Unie

4. Vladimir Poutine, Président de la Russie

5. Guojia Zhuxi, Président de la République populaire de Chine

6. Jacques Chirac, Président de la République française

7. Gerhard Schröder, Chancellier de l'Allemagne

8. Benita Ferrero-Waldner, Commission de l'Union Européenne  

9. Iyad Allawi, Premier ministre du gouvernement irakien

10. Hoshyar Zebari, ministre des affaires étrangères irakiennes

11. Ahmed Abu Al Gheit, ministre des affaires étrangères égyptiennes

12. Amr Mousa, secrétaire général de la Ligue Arabe

Vous pouvez aussi goûter aux commentaires de certains Irakiens, postés sur ce blog d'un Irakien libre, où j'ai trouvé ce texte : http://www.inblogs.net/iraqthemodel/2004/10/what-iraqis-think-of-french-government.html

D'autres articles sur le même sujet : la réalité irakienne

 

 

Publié dans drzz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article