Lettre d'un maire irakien

Publié le par drzz

De gauche à droite : Le maire de Tall 'Afar (enfant au pull jaune dans les bras), en compagnie du colonel Mac Master de la 3e division de cavalerie mécanisée de l'armée américaine (enfant au pull bleu dans les bras) ainsi que colonel Armstrong et un policier irakien.

VOUS N'EN AVEZ JAMAIS ENTENDU PARLER !

Lettre envoyée par le maire irakien de  Tall ‘Afar (Irak) au général Casey, commandant en chef de la coalition de la liberté en Irak, en mars 2006 - reproduite dans le New York Post, 20 février 2006 (Mayor's letter thanks U.S. troops for liberating his city Niles Lathem, Post Correspondent, 20 février 2006), et répétée par le sénateur Santorum devant le Sénat américain

 
Au nom de Dieu le miséricordieux,


Aux hommes et aux femmes courageux de la 3e division de cavalerie mécanisée qui ont transformé la ville de Tal Afar d'une cité fantôme, dans laquelle les terroristes faisaient régner terreur et destruction, en une ville pleine de vie et sécurisée,

A ces coeurs de lions qui ont libéré notre ville du joug des terroristes qui massacraient les hommes, les femmes et les enfants dans les rues depuis des mois,

A ceux qui ont rendu le sourire sur le visage de nos enfants, nous ont redonné espoir par leur sacrifice et leur brave combat et redonné vie à cette ville après que des fous aient terrorisé notre quotidien et empêché que notre ville se rétablisse.

Notre cité était la base principale des opérations de Abou Moussab Al-Zarkawi. La ville [250'000 habitants] était complètement prise en otage par ces criminels. Nos écoles, nos services gouvernementaux, nos magasins et nos bureaux étaient fermés. Nos rues étaient silencieuses, et personne n'osaient les parcourir. Notre peuple était barricadé chez lui par la peur ; la mort le guettait à chaque coin de rue. Les terroristes occupaient et contrôlaient le seul hôpital de la ville. Leur sauvagerie était telle qu'ils piégeaient les cadavres des enfants et les dispersaient dans la rue, dans le but de tuer les parents venus chercher les corps de leur progéniture. C'était la situation de notre ville jusqu'à ce que Dieu appelle et envoie les courageux soldats de la 3e division de cavalerie mécanisée qui ont libéré notre ville et en ont chassé les partisans de Al-Zarkawi après de durs combats, tuant de nombreux terroristes et obligeant le reste à fuir la ville comme des rats pour d'autres places où d'autres soldats de la 3e division à Sinjar, Rabiah, Zumar et Avgani les ont finalement éliminés.

J'ai rencontré beaucoup de soldats de la 3e division de cavalerie mécanisée ; ce ne sont pas seulement des soldats et soldates courageux, mais des anges envoyés par Dieu Lui-même pour combattre le mal du terrorisme.

Les commandants de ce régiment, le colonel MacMaster, le colonel Armstrong, le lieutenant-colonel Hickey et le lieutenant-colonel Reilly ont autant de courage, de force, de lucidité que de sagesse. Les officiers et soldats ont l'allure et la confiance des chevaliers du passé. La mission qu'ils ont accompli, selon les seuls critères militaires, est à répertorier comme l'une des meilleures à ce jour de l'opération Iraqi Freedom et devrait assurément être étudiée dans le monde militaire. Cette opération militaire était propre, avec peu de dommages collatéraux, malgré la férocité de l'ennemi. Grâce à des compétences et à une précision de chirurgiens, [les soldats] ont traité le cancer du terrorisme sans causer de dommages.

Que Dieu bénisse ce brave régiment ; que Dieu bénisse les familles qui ont soutenu ces braves hommes et femmes. Du plus profond de notre coeur, nous remercions les familles. Elles nous ont donné quelque chose que nous n'oublierons jamais. Aux familles qui ont versé leur sang pour notre pays, nous nous agenouillons en priant pour vous et pour l'âme de vos bien-aimés. Leur sacrifice n'a pas été vain. Ils ne sont pas morts, mais vivants et leur âme plane au-dessus de nous chaque seconde de chaque minute. Ils ne seront pas oubliés. Ils ont sacrifié ce qu'ils avaient de plus précieux. Nous les voyons dans le sourire de chaque enfant et dans chaque fleur qui éclot dans ce pays. Que l'Amérique, leurs familles et le monde soit fiers de leur sacrifice pour la vie et l'humanité.

Enfin, peu importe la longueur de ce que j'écris ou dis à propos de ce régiment courageux. Je n'ai pas les mots pour décrire la bravoure de ces officiers et soldats. Je prie Dieu pour qu'il confère la joie et la santé à ces héros légendaires et à leurs familles.

IM ABDULLAH ABID AL-JIBOURI

Maire de Tall ‘Afar, Province de Ninive, Irak

http://pqasb.pqarchiver.com/nypost/access/990344161.html?dids=990344161:990344161&FMT=ABS&FMTS=ABS:FT&date=Feb+20%2C+2006&author=NILES+LATHEM+Post+Correspondent&pub=New+York+Post&edition=&startpage=011&desc=IRAQI+POL+HAILS+OUR+GI+%27KNIGHTS%27+-+MAYOR%27S+LETTER+THANKS+U.S.+TROOPS+FOR+LIBERATING+HIS+CITY

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans drzz

Commenter cet article

drzz 05/09/2006 17:39

Iraqi Pol Hails Our GI 'Knights'
Mayor's letter thanks U.S. troops for liberating his city
By Niles Lathem, Post Correspondent, February 20 2006
WASHINGTON — An Iraqi mayor has written a dramatic letter to the commander of coalition forces, praising U.S. troops as "lion hearts" and "knights" for liberating his city from al Qaeda terrorists.
The emotional letter from gallant Tal' Afar Mayor Najim Abdullah Abid Al-Jibouri to Gen. George Casey is circulating among military families over the Internet and has created a surge of pride in troops.
Al-Jibouri's letter calls soldiers of the 3rd Cavalry Regiment, who carried out recent anti-terrorist operations in Tal' Afar "lion hearts," who "bristle with the confidence of knights in a bygone era."
He said the troops transformed his western Iraqi city from a "ghost town, in which terrorists spread death and destruction, into a secure city flourishing with life."
Al-Jibouri also offered special words to the families of the 39 Americans who paid the ultimate sacrifice in the battle to save his city. "To the families of those who have given their holy blood for our land, we all bow to you in reverence for the souls of your loved ones," he wrote.
"We see them in the smile of every child, and in every flower growing in this land."
The letter is having a profound impact on those who fought in Tal' Afar.
Col. H.R. McMaster, commander of the regiment's 4,700 soldiers, told The Post in an e-mail from Iraq: "It is a moving tribute to our courageous, disciplined, tough and compassionate troopers.
"I think it is easy for people to understand the sacrifices that come with military service, but more difficult to understand the intangible rewards," he added.
Al-Jibouri is a Sunni Arab and a former officer in Saddam Hussein's military who was recently brought to the area from another part of the country by the new Iraqi government.
Over the summer and fall, he worked side by side with McMaster on Operation Restore Rights, a military campaign that targeted Abu Musab al-Zarqawi's al Qaeda in Iraq.
The group used the city of 250,000 located 40 miles from the Syrian border as its epicenter for smuggling money, material and suicide bombers.
"Our city was the main base of operations for . . . Zarqawi. The city was completely held hostage by his henchmen . . . Our streets were silent and no one dared to walk them," al-Jibouri wrote in the letter.
"Their savagery reached such a level that they stuffed the corpses of children with explosives and tossed them into the streets in order to kill grieving parents attempting to retrieve . . . their young," he added.
Working closely with tribal leaders and Iraqi army recruits, the 3rd Cavalry evacuated civilians in September and carried out precision block-by-block, house-by-house operations in a textbook campaign that routed the terrorists while limiting the kind of collateral damage that plagued other U.S. military operations in cities like Fallujah.
While there are still terrorist attacks in the city, the numbers are way down and schools are open, police stations have been rebuilt and a municipal government is starting to function, the military says.
The regiment, which also fought in the invasion of Iraq in 2003, is now in the process of redeploying back to Fort Carson, Colo., after its second yearlong stint in Iraq.
The mayor's letter to Casey is being handed out to families at homecoming ceremonies at Fort Carson, adding a sense of "mission accomplished" to the joy returning soldiers and their families are experiencing, said McMaster's wife, Katie.
"We are all thrilled about this letter and so very proud of our soldiers," Mrs. McMaster told The Post.
http://pqasb.pqarchiver.com/nypost/access/990344161.html?dids=990344161:990344161&FMT=ABS&FMTS=ABS:FT&date=Feb+20%2C+2006&author=NILES+LATHEM+Post+Correspondent&pub=New+York+Post&edition=&startpage=011&desc=IRAQI+POL+HAILS+OUR+GI+%27KNIGHTS%27+-+MAYOR%27S+LETTER+THANKS+U.S.+TROOPS+FOR+LIBERATING+HIS+CITY

RicainUS 24/08/2006 12:07

A vu de l’histoire récente (de ce qui s’est passé en Iraq), il y a tendance parmi certains de dire que les Yanks y ont gagné la guerre mais perdu la paix.  C’est un jugement hâtif.
Les Yankees ne sont pas allés en Iraq pour gagner la paix, mais pour détrôner un tyran génocidaire. Ils restent là pour assurer que les Iraqiens, qui le veulent bien, puissent le gagner. Si on appelle cela une guerre civile, appelons-le une guerre civile. Il n’y a pas honte.
Mais, il est clair que la volonté Américain à voir le bout du tunnel se fane de plus en plus chaque jour. Bush peut dire haut et fort autant qu’il veut que « Nous sommes là pour achever notre boulot », mais le fait clé à constater est autre … il ne sera pas « là » lui-même en un peu plus de deux ans.
Donc, pour continuer et terminer le « boulot », il est temps que les Iraqiens se mettent à la tache. Une période de deux ans est vite passée - tout comme les deux ans depuis l’intervention des boys … elle se dissipe jour par jour.
(It’s now or never … ;^)
 

drzz 23/08/2006 21:57

Excusez, j'ai oublié de citer le lien.
La lettre, répétée devant le Sénat américain par le sénateur Santorum, en pdf
http://suitablyflip.blogs.com/suitably_flip/files/3rdarmored.pdf
J'ai appris la nouvelle en mars 2006, alors que j'étais au Texas. Cette lettre a eu un grand retentissement.

plop 23/08/2006 21:00

mais je l'avais lue et ça donne les larmes aux yeux.ça devrait etre proclamé a la face du monde.mais il n'y a aucune source...?

david martin 23/08/2006 08:26

J'ai publié cette lettre sur mon blog en début d'année. Chose amusante, elle n'a attiré que très très peu de commentaires....