Un mythe antiaméricain : le général Custer

Publié le par drzz

Son nom est régulièrement cité dans les livres d'histoire. On y apprend que George A. Custer, général de la guerre de Sécession, lieutenant-colonel des guerres indiennes, serait un fou, un borné, une hydre sanguinaire. Non content de mener des massacres de tribus indiennes désarmées, il aurait en plus sacrifié ses propres hommes sur l'autel de sa folle ambition : le 25 juin 1876, il aurait attaqué des milliers d'Indiens à Little Big Horn et s'y serait fait tué.

Même le livre L'ennemi américain, censé dénoncer l'antiaméricanisme, tombe dans le panneau et place dans la bouche de Custer une phrase qu'il n'a jamais dite : "un bon Indien est un Indien mort". C'est dire si le sujet reste méconnu.

Fin de l'histoire ? Un rapide coup d'oeil sur le personnage suffit pour comprendre qu'il devait être l'épouvantail de la gauche caviar et autres travestisseurs de l'histoire : Américain et fier de l'être, soldat blanc et occidental, blond, yeux bleus, engagé dans une guerre coloniale, mythe ancré dans l'identité américaine. N'en jetez plus !

Le général Custer, debout sur sa dernière colline, entouré d'Indiens, refusant de céder du terrain, a toujours symbolisé la volonté et l'opiniâtreté américaines. En 1941, Errol Flynn enfile déjà le costume à franges pour crier au monde que les Etats-Unis sont prêts à "mourir droits dans leurs bottes" (La charge fantastique).

A la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les menteurs gauchiso-marxistes espérent intensément une défaite des Etats-Unis face à l'Empire du Mal. Mais le pays de l'Oncle Sam n'est pas l'Europe et les menteurs peinent à faire triompher les idoles communistes. Il faut donc changer de tactique, et attaquer de front les mythes américains. Custer est - et reste - une cible évidente.

Le héros courageux sur sa dernière colline devient bien vite l'incroyable crétin, engagé dans une bataille sans issue tout en s'obstinant à ignorer les ordres. Le Vietnam amplifie la destruction du mythe : l'Américain courageux devient un criminel (Little Big Man, 1970) et ses objectifs, naguère des bases de tribus guerrières, prennent la forme de campings où des femmes et des enfants sèchent le linge avant d'être massacrés par une colonne infernale.

Ce mythe antiaméricain ne repose pas sur des faits. Comme le démontre David Cornut dans une étude parue à l'été 2006 aux éditions d'histoire militaire Anovi (Little Big Horn, autopsie d'une bataille légendaire, 384 pages), Custer n'était ni fou, ni incompétent, ni criminel de guerre, mais au contraire un officier d'une très grande valeur militaire (nommé général de division à 24 ans seulement, le plus jeune de l'histoire militaire américaine !), respecté par les Indiens comme par les Sudistes, maintenant des règles d'engagement très strictes pour limiter les pertes civiles.

Bref, l'opposé complet de ce que l'on rapporte aujourd'hui. Little Big Horn... démontre également que la bataille de Little Big Horn a été fort complexe, et que Custer n'avait ni sous-estimé l'adversaire, ni fait de faute de stratégie. A l'opposé, la défaite cinglante est, preuves à l'appui, le résultat d'une sordide trahison militaire que même le général en chef de l'armée américaine a dénoncé en 1898.

Notre vision du général Custer et de sa dernière bataille, si souvent nourrie par Hollywood (Le Dernier Samouraï, We were soldiers, Fort Apache, La charge héroïque et dernièrement la série TV Deadwood), mérite d'être entièrement corrigée.

Après Jénine, la guerre d'Algérie ou encore celle d'Irak, George A. Custer est une autre victime du révisionnisme anti-occidental.

A lire :  http://www.amazon.fr/Little-Big-Horn-Autopsie-l%E9gendaire/dp/2914818106

A visiter :  http://www.custerwest.org

 D'autres articles sur le même sujet : l'historiquement correct

Publié dans drzz

Commenter cet article

batent 09/07/2008 10:09

tiré d'un autre forum de discussion :le qualificatif d'impartial concernant cet auteur me semble très (mais alors) très exagéré. J'ai pu (et beaucoup d'autres aussi) appréhender son niveau d'impartialité.Quand on écrit que les indiens n'ont rien apporté ni rien laissé, je pense qu'on est pour le moins partial. Mais que font donc aujourd'hui toutes ces universités américaines ?Quand on écrit que les indiens n'ont eu que ce qu'ils méritaient, on est assez bête ...Quand on propage par écrit sur des forums des énormités (exemple : les plaines de l'ouest sont dûes à l'activité frénétique des indiens qui brûlaient les forêts pour l'élevage et la prolifération de leurs chevaux), on est ... assez bête (je me répète).Quand on parle de massacre à greasy grass (little big horn), on est partial ... et idiot. Les soldats de métier entraient là en terre étrangère sans y être invités. Ils disposaient tous d'une excellente carabine (trapdoor 45/70), avec une bien meilleure portée que celles d'en face, et tous d'un (au moins) révolver 45 LC.Quand on affirme (en prenant un très court exemple -la révolte des Santees-) qu'aux USA, il y a eu plus de blancs massacrés par les indiens que l'inverse, on est tout ce qu'on veut ... mais pas un historien. Ou alors la notion de "massacre" est différente, en fonction du massacré.Quand on écrit plusieurs fois de suite que les indiens ont disparu à cause de la peste, on a un faible niveau en anglais. Il n'y a jamais eu de cas prouvé de peste aux USA.Quand on coupe la parole à un contradicteur (moi !) en faisant supprimer un fil de discussion sur un forum1 (plus de 8000 lectures ...) ou en faisant supprimer mes remarques sur un forum2 sous la raison lisible que j'insulte l'auteur (ce qui était totalement faux), on fait preuve d'une grande aptitude à la discussion ou à être entouré de thuriféraires à grand pouvoir (celui de vous couper le micro).Quand on vient sur un forum dédié aux natives pour faire connaitre son livre (tout en cachant ses propres opinions...), on montre qu'on est avide de pognon (mais là je m'égare un peu) La seule opinion du livre entendue : précis mais partial.Fermez le ban !!

batent 09/07/2008 10:03

contrairement à ce que je peux lire ici dans les commentaires, il n'y avait pas de plan établi à l'avance entre Custer et ses subalternes. On devait s'adapter. Il est manifeste que Custer a été laché par ses subalternes et prouvé que Custer a désobéi aux ordres écrits et oraux de ses supérieurs qui lui refusaient le contact direct avec les natives, qui étaient chez eux, après ce xième traité, je le rappelle. Quant à la solidité de noter historien, je vais retrouver quelques traces internet. Si, évidemment, on me laisse parler.

fast 30/09/2007 13:16

http://www.zeitgeistmovie.com/

Tietie007 20/09/2007 15:38

La charge héroïque de Raoul Walsh, avec Errol Flynn dans le rôle de Custer, est l'archétype du film de propagande magnifiant l'héroïsme de cet alcoolo, tueur de femmes indiennes qu'était Custer !

Sioux 02/11/2006 15:53

Oui ok, pourquoi pas. De toute évidence le sujet devient assez complexe. Pour faire la part des choses sur ce qui s'est passé dans l'histoire, c'est tout de même pas de la tarte, y 'a des polémiques a peut prés sur tout les faits historique : un exemple :  tapes Alésia tu vas voir !!!
 

Cela dit, je vois pas en quoi le sujet est tabou. J'ai regardé dans Wikapedia, et apparemment toutes ces remarques (que tu rapportes) sont déjà mise à jour sur
la version Française
(mais pas Anglo-Saxonne !!!) . De plus si tout ceci est vrai (et pourquoi pas du reste), je pense que ce ne sera pas la première fois que l'histoire se transforme en mythe.  Et je maintiens, malheur au vaincu, l'histoire est écrite pas les vainqueurs.
 

Faut pas voir du complot partout non plus, c'est ça que je veux dire. Franchement quand tu parles de désinformation dans ce cas là, ça me fait sourire, avec en plus l'amalgame sur le couplet anti américain ! T'avouras tout de même que c'est un sacrés méchoui que tu nous fais là : mais stoppe, fis des vannes, car tout ceci est somme toute trés intéressant ! Maintenant de la à lire le livre (parmi la somme de ce qu'on doit déjà lire) , je te caches pas que se soit pas non plus mon sujet de préoccupation premier).
@+