Congrès 2006 : les raisons d'y croire

Publié le par drzz

Le magazine Barron l'affirme (blog drzz, 22/10) : les Démocrates sont trop confiants pour les élections législatives à venir. "L'effet Foley" ne serait pas aussi dévastateur que la presse le dit. Ce n'est pas très étonnant, au demeurant : les Américains votent localement pour des personnes, non pour le parti, et encore moins pour la gestion de la guerre en Irak ou un scandale impliquant un élu de Floride.

"Si les prévisions électorales des Démocrates sont aussi fiables que leurs prévisions économiques, le 7 novembre sera un bon jour pour nous." George W. Bush

Dans "Barron", Jim McTague rappelle que les Démocrates avaient paradé avant les élections de 2002, avant de les perdre. Puis en 2004, nouvelle défaite. Bien que la conjoncture actuelle pourrait pénaliser les Républicains, le magazine, dans son analyse, démontre qu'ils ont toutes les chances de garder leurs deux chambres au Congrès. Analyse d'autant plus crédible que celle de 2004, par le même journaliste, s'était révélée totalement exacte : http://online.barrons.com/public/article/SB109727765672540849-PUq1OxQAF7_KUUpqka52XjfFazQ_20061120.html

"Comme à leur habitude, les Démocrates clament être victorieux trop tôt. Je suis confiant : les Républicains maintiendront leurs deux majorités." George W. Bush

Le Washington Times, dans son édition du 24 octobre, démontrait que les conservateurs américains se mobilisaient de plus en plus, conscients de la catastrophe que serait une Nancy Pelosi à la tête de la Chambre des Représentants. De même, les industries (donc les marchés boursiers) sont effrayés par la perspective des Démocrates au pouvoir, et supportent des élus républicains. D'après des stastitiques établies depuis 1972, selon toutes les élections de la Chambre depuis cette date, un candidat qui a levé plus de 1000'000 $ que son concurrent a 86% de chances de gagner l'élection. La lève de fonds, en effet, démontre la solidité de la base électrice.  S'il a levé plus de 200'000 $, ses chances montent jusqu'à 93%. Or l'analyse de Barron s'appuie sur l'observation des marges de lèves de fonds, autrement plus crédibles que les sondages traditionnels.

"L'extraordinaire optimisme des Démocrates est injustifié." Karl Rove

Ce qui nous ramène à la question cruciale :  le 7 novembre, est-ce que ce sera le Congrès, ou l'humiliation, qui portera les couleurs démocrates ?

D'autres articles sur le même sujet : Elections au Congrès 2006 :

Publié dans drzz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

drzz 06/11/2006 14:26

Même à Libé on commence à douter des Démocrates :
http://usa.blogs.liberation.fr/
 

drzz 06/11/2006 12:19

A mon avis les Démocrates vont vers une nouvelle humiliation. Je trouve les sondages très tendancieux - notamment ces sondages généraux qui ne veulent rien dire dans un contexte d'élections locales.
Et de l'avis de tous, si les Démocrates ne gagnent aucune des deux chambres, ils ne s'en remettront pas.
Ce sont les Démocrates, et non les Républicains, qui jouent gros demain.
C'est la victoire ou la mort.

drzz 03/11/2006 16:59

Le chômage américain a baissé à 4.4%, le taux le plus bas depuis 5 ans.
Je sens que mardi prochain va être très drôle.

drzz 03/11/2006 14:40

Ce message pour signaler l'ajout sur cette page d'une nouvelle phrase de Bush concernant les élections, particulièrement drôle.

drzz 02/11/2006 13:53

Je suis d'accord avec $penderz...
Les Démocrates ont complètement perdu la boule. Une grande partie de ceux qui ont voté pour Roosevelt ne voteraient plus pour le parti actuel. Ni même ceux qui soutenaient Johnson.