L'islam radical à l'offensive

Publié le par drzz

Est-ce vraiment une surprise que les islamistes lancent l'attaque au lendemain de la victoire démocrate au Congrès ?

Au Liban, le Hezbollah tente un véritable coup d'Etat. Le but, à terme, est de faire du pays un état vassal de l'Iran, son bras armé face à Israël. Comme Ségolène Royal est venue récemment serrer la main d'un dignitaire fondamentaliste, on sait du côté des islamistes que le danger ne viendra pas de la France.

La Syrie continue à assasiner tous les dignitaires libanais susceptibles de contrer la révolution islamique en marche.  

En Iran, on continue à développer le nucléaire en toute impunité.

En Irak, le cheikh radical chiite Moqtada Al-Sadr menace le président irakien Maliki. Le terrorisme islamiste a tué 15'000 civils Irakiens en 2006 (la coalition 141).  

Au Barhein, les Frères musulmans dominent désormais le Parlement.

En Palestine, le Hamas a décidé de lancer une troisième Intifada contre Israël.

En Grande-Bretagne, le Parlement craint que d'interdire le niqab (le voile intégral, ne découvrant que les yeux) n'entraîne des émeutes.

En France, Redeker vit toujours caché. La police s'est faite discrète en banlieue durant le mois de novembre, évitant ainsi de nouvelles émeutes après les agressions d'octobre.

Face à ces démonstration très claires du totalitarisme, il y a deux réactions :

1) La réaction des Chamberlain : N'ouvrez pas la boîte de Pandore ! Vous voyez bien que la stratégie américaine a échoué ! Si les Etats-Unis ouvrent les hostilités face au totalitarisme japonais, et que l'Allemagne, pour honorer son alliance, déclare la guerre aux Etats-Unis, ces derniers ont échoué. En effet, dans l'esprit fiévreux des lâches, une guerre se gagne ... si vous évitez l'adversaire au maximum. Comme l'écrivait un éditorialiste du New York Times en octobre 2003 : "si les violences en Irak sont si fréquentes, c'est que les dictatures arabes et Al-Quaeda ont très bien compris ce qui se joue dans l'ancienne Mésopotamie. Si les islamistes perdent cette bataille-là, ils perdront certainement la guerre." Raisonnement très improbable dans l'esprit de Munich...

2) La réaction des Patton : chaque difficulté nous réapprend l'ampleur de la menace et renforce notre résolution. "Ce n'est parce que c'est difficile que nous ne faisons pas, c'est parce que nous ne faisons pas que c'est difficile."

Ayant choisi mon camp, je cite ici les paroles de l'autre George, le vainqueur de Falaise et de Bastogne :

« Quand on fait quelque chose, on provoque des critiques chez trois catégories de personnes : 1) celles qui font la même chose ; 2) celles qui font le contraire ; 3) et surtout celles qui ne font rien. »
 George S. Patton

« Il y a des moments où il est bon d'écouter sa peur et d'autres où il est plus sage de faire comme si elle n'existait pas. »
George S. Patton

D'autres articles sur le même sujet : Guerre chaude

Publié dans drzz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

leroidavid 07/12/2006 06:43

Voici un article écrit par un Vénézuélien au sujet des récentes élections présidentielles remportées par Chavez, que tant de gens ont prétendu être "démocratiques":
http://www.venezuelatoday.net/gustavo-coronel/hugo-chavez_coup+venezuela_oas+insulza.html
Extrait: "What is developing in Venezuela, in view of Chávez's attitude, is probably a violent confrontation between a dictatorial regime with a well-armed paramilitary force and a very frustrated and unarmed civilian population."

Leroidavid 07/12/2006 06:06

ETF,
la réponse de "Visiteur" (commentaire n°17) est suffisante.
Quant au "Hamas démocratiquement élu", il faudrait peu-être cesser de répéter ce que disent les médias et leurs hordes de journalistes décérébrés: le Hamas est un groupe terroriste génocidaire dont la Charte appelle au génocide des Juifs sur toute la planète (article 7, deuxième partie). Depuis quand des élections auxquelles participe un groupe terroriste sont-elles "démocratiques" ?
Dans aucun Etat démocratique ne participent aux élections des terroristes.

ETF 06/12/2006 22:03

Grandpas,Mon commentaire ne s'adressait pas à vous mais à leroidavid.Je dis simplement que traiter un président élu démocratiquement de dictateur est un contre-sens. Vous préféreriez sans doute un Pinochet dictateur au Venezuela qu'un Chavez élu démocratiquement, non? Traitez Chavez d'analphabète, d'imbécile, ce que je dis souvent à propos de GW, de ce que vous voulez, mais pas de dictateur.

Spenderz 06/12/2006 18:39

ETF, je te recommende de lire un livre: "The case for democrcacy" de Natan Sharanski.
Tu as raison de dire que les dictateurs ne sont pas des dictateurs. Mais ceux qui vivent les Hugo et Fidel, eux ils sont dans les prisons politiques, nous nous sommes juste des pies qui chantent 
Il y a des prisons politiques a Cuba, Palestine, Venezuela, Russie, Iran, Syrie, et  tu connais les autres......
Il n'y a pas de prison politique en France, donc le Jacques il est peut etre ce qu'il est mais surtout pas un dictateur!
Neige de Californie

drzz 06/12/2006 17:58

ETF et grandpas, je suis d'accord.
Mais la démocratie n'est pas une fin en soi. Les libertés fondamentales le sont.
On ne juge pas un dirigeant par le soutien populaire qu'il a mais par ses actions et ses idées.