Retour vers le futur

Publié le par drzz

La démocratie américaine est une institution magnifique. Depuis mardi, les Démocrates ont gagné un représentant de plus à la Chambre, grâce à l'élection surprise d'un de leurs membres au Texas.

 Cependant, il règne un sentiment mitigé dans le camp démocrate, malgré ce que l'on dit dans nos contrées. En effet, le rapport Baker devait finir de torpiller Bush, mais au contraire à revigoré les rangs conservateurs - aussi bien républicains que démocrates. La levée de boucliers consécutive à la publication du ISQ a aidé Bush, plutôt que de l'affaiblir. A la clé : 20'000 soldats supplémentaires seront envoyés en Irak (merci à "leroidavid pour le lien") : http://www.usavoice.org/Article.cfm?ID=3630&CID=0&T=More%20Troops%20Headed%20to%20Iraq. Le désaveu pour la commission ne saurait être plus clair. Comme l'est l'annonce des Démocrates qu'ils voteront un crédit supplémentaire de 100 milliards $ pour la guerre contre la Terreur.

Imperturbable, le Time magazine est euphorique depuis le 7 novembre. Ces journalistes écrivent article sur article, annonçant le redressement des Démocrates, la victoire pour 2008, voire le renouveau tant attendu depuis... longtemps. Certains de leurs lecteurs ne sont visiblement pas d'accord avec eux, puisque le courrier abonde dans l'autre sens : des électeurs, déprimés que les marges de victoire aient été si étroites , reprochent au journaliste-star du Time Joe Klein son triomphalisme excessif.

A voir : portofolio de la Maison Blanche, vue de l'intérieur : http://www.time.com/time/politics/whitehouse/photos/0,27424,1557523,00.html

Newsweek, l'autre grand magazine de gauche, avait mis le même bémol au lendemain du 7 novembre :  "Tout le monde s'accorde à dire que ce ne sont pas les Démocrates qui ont gagné mais les Républicains qui ont perdu."  http://drzz.over-blog.org/article-4481699.html

Le rapport Baker le démontre clairement. Alors que le Congrès est théoriquement démocrate, les avis les plus écoutés restent ceux d'un MacCain, par exemple. En visite en Irak, le sénateur républicain a demandé des troupes supplémentaires ainsi que l'arrestation de Al-Sadr, "qui empêche le processus de démocratisation de l'Irak."

Le parti démocrate croule toujours sous les défauts qui lui ont fait tant perdre. Le sénateur démocrate Bill Nelson est ainsi allé, de son propre chef, visiter le dictateur syrien Bacher El Assad pour lui demander de s'impliquer en Irak ! Vous parlez d'une trahison ?http://www.discoverthenetwork.org/Articles/Bill%20Nelson%20Defies%20Bush.html 

La même semaine, le nouveau "Monsieur Renseignement" de la Chambre, Silvestre Reyes, un Démocrate nommé par Nancy Pelosi, a montré son ignorance sur Al-Quaeda et le Hezbollah face aux journalistes, provoquant l'hilarité et la colère de toute l'Amérique.  http://www.freerepublic.com/focus/f-news/1753390/posts 

Surtout, la majorité démocrate au Sénat est remise en cause depuis l'hospitalisation de Tim Johnson, le sénateur démocrate du Dakota du Sud, dont l'état, provoqué par une hémorragie cérébrale, serait "critique mais stable." Selon un médecin cité par CNN, son opération l'obligerait probablement à faire  à une longue rééducation, l'empêchant de remplir son mandat.

Il reviendrait ainsi au gouverneur républicain de l'Etat de lui nommer un remplaçant. Le Sénat deviendrait à nouveau majoritairement rouge. http://www.foxnews.com/story/0,2933,236450,00.html

Retour vers le futur.

D'autres articles sur le même sujet : Bush 2007-2008

 

Publié dans drzz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Leroidavid 17/12/2006 01:50

"Les parlementaires américains - valides - battent des records d'absentéisme", dis-tu.
Il serait intéressant de comparer les taux de présence des Sénateurs et Représentants américains, avec ceux des Sénateurs et Députés français, eux aussi accusés régulièrement d'absentéisme record.
En précisant ensuite que les Etats-Unis sont 18 fois plus étendus que la France.

drzz 16/12/2006 20:27

Ce qui est étrange, c'est que la loi n'exige pas automatiquement le remplacement d'un sénateur inapte à ses fonctions... mais seulement s'il se retire de son propre chef.
Un sénateur peut donc, comme Mundt, être absent du Congrès pendant tout son mandat sans faire perdre un siège à son parti ni être remplacé.
C'est assez grotesque. Après tout, les parlementaires américains - valides - battent des records d'absentéisme.

drzz 16/12/2006 20:21

Leroidavid, j'ai effectivement lu cela.
Une fois, un sénateur avait décidé de se retirer... à la seule condition que sa femme le remplace ! Ce qui a été finalement refusé.
Il y a en effet peu de chance que le Sénat devienne républicain, et il me semble, à lire des articles conservateurs, que peu s'en plaigne.
Un commentaire sur freerepublic synthétise bien la pensée générale dans la camp républicain : "de toute façon, avec le travail lamentable que le Congrès républicain a fait quand il était au pouvoir"...

Leroidavid 16/12/2006 02:57

Drzz,
selon l'article de FoxNews auquel tu renvoies, jamais un sénateur ayant des problèmes de santé n'a renoncé à son poste, qu'il (ou elle) ait été Démocrate ou Républicain:
"According to CQ Today, a Capitol Hill magazine, several lawmakers have been derailed by illness and unable to vote, but have not given up their posts and eventually returned to office. Sen. Joe Biden, D-Del., suffered an aneurysm and had brain surgery in February 1988. He returned to office seven months later and is still serving.
Former Sen. David Pryor, D-Ark., suffered a heart attack in April 1991 and returned to the Senate in September of that year.
The late Sen. Karl E. Mundt, R-S.D., refused to resign after suffering a stroke in November 1969. He stayed in office until the expiration of his term in January 1973, though he was unable to serve and fellow lawmakers stripped him of his committee assignments and seniority in February 1972."
Le Sénat va donc probablement rester Démocrate.

drzz 16/12/2006 00:36

Time Mgazine, le magazine démocrate, propose son analyse de la possible absence de Johnson. A ses yeux, le Sénat est un cadeau empoisonné que les Républicains ne voudraient pas, même s'ils pouvaient l'obtenir :
http://www.time.com/time/nation/article/0,8599,1570213,00.html