Quelles générations sommes-nous ?

Publié le par drzz

Quelles générations sommes-nous ? Quelles générations - parce que nous ne faisons pas tous partie de la même - sommes-nous pour pleurer après trois ans et demi de guerre et 3'000 soldats morts au combat pour établir un Etat libre en Irak ? L'ancienne génération, celle qui a vu des millions d'êtres humains se sacrifier pour notre liberté, savait encore tenir bon pour notre avenir. Comme l'écrivait aigrement Orianna Fallaci, il semble que l'esprit qui a conduit à sauver notre monde occidental soit mort à l'apogée de sa gloire.

Les nouvelles générations, celles qui ont hérité du monde libre, sont devenues des masses de peureux, de cauteleux, d'irresponsables, qui confondent liberté et libertinage, de personnes qui s'intéressent au futile plutôt qu'à l'essentiel et qui seraient prêtes à sacrifier leur liberté de vivre pour se réfugier dans leur jardin, à l'abri du monde.

Quelles générations sommes-nous pour avoir honte d'être libres, d'être cultivés, d'être intelligents et d'être riches ? Depuis quand la notion de succès est-elle devenue une tare ? Depuis quand devrions-nous oublier que les colonies ont fait entrer des régions entières dans la modernité, alors qu'elles se trouvaient dans un état lamentable ? Depuis quand devrions-nous accepter une équivalence entre les oeuvres de Raphaël et les oeuvres primitives de peuplades restées au stade du néolithique quand nous inventions le futur ? Depuis quand devrions-nous insulter la religion chrétienne, alors que le premier réformiste (celui qui demandait la réforme de l'Eglise sans appeler au schisme, contrairement aux protestants) de l'Eglise catholique a été Erasme, le père de l'humanisme, des droits de l'homme et du néoconservatisme ? Depuis quand devrions-nous cesser notre course au progrès pour des considérations écologiques avancées par des illuminés liberticides ? Depuis quand devrions-nous haïr la mondialisation, elle qui a changé notre vie en quelques années et permis à des millions d'êtres humains de vivre plus longtemps, de se nourrir (la famine a reculé de 18% sur la planète depuis 1970), d'apprendre et de voyager ?

J'ai vu des citoyens américains se jeter par la fenêtre de leur lieu de travail pour fuir les gaz de kérosène, j'ai vu des Israéliens pleurer leurs morts sur des tables de restaurant, un bus londonien éventré, des centaines de milliers d'islamistes nous promettre la mort lors des carricatures, appeler au supplice de mon pape.

Assez c'est assez. Ce qui se joue en Irak, c'est notre volonté de se défendre. Les terroristes et l'idéologie islamiste ne peuvent pas gagner militairement, mais ils peuvent gagner s'ils nous font renoncer.

On ne va tout de même pas attendre qu'ils fassent exploser le monument de Lincoln, qu'ils assassinent Benoît XVI et qu'ils empoisonnent les canalisations de Paris pour réagir !

La génération des baby-boomers est indigne d'avoir succédé à la génération de la Seconde Guerre mondiale.

"Nos enfants nous haïront" prédit Denis Jeambar dans son dernier livre. N'avons-nous donc aucun respect de nos aïeux, et si peu d'envie de vivre, pour dilapider ce qu'ils ont défendu si chèrement ?

D'autres articles sur le même sujet : Notre volonté de résistance

Publié dans drzz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

drzz 14/12/2006 17:37

Elisa,
Il y a une différence entre avoir de la compassion pour ceux qui ont moins - ou rien - et haïr la réussite. Aux Etats-Unis, la richesse et la réussite sont bien vus, et en même temps il s'agit du pays qui verse le plus d'argent privé aux associations caritatives nationales et internationales. 10 milliards $ ont été investis pour la lutte contre le sida.
Quant à l'Irak, je te reporte à cet article, qui parle de l'Irak avant la guerre :
http://drzz.over-blog.org/article-4440852.html
Et à cette lettre d'un maire irakien après la guerre :
http://drzz.over-blog.org/article-3604685.html
Ce que les Irakiens pensent de la France et des Français :
http://drzz.over-blog.org/article-4142007.html
Ainsi qu'à cette série d'article sur le futur de l'Irak libre :
http://drzz.over-blog.org/article-4361682.html

Elisa 14/12/2006 15:56

Je pense que cette non volonte de la part d\\\'un individu de montrer sa reussite sociale s\\\'appelle plus couramment la modestie. Je pense que personne n\\\'aime savourer un enorme sandwich devant une sans abri et son enfant... Je sais que le commentaire qui va suivre n\\\'a pas de rapport avec l\\\'article mais je voulais aussi vous demander, a vous tous, si differents des autres, si intelligents et au dessus si vous pensiez sincerement que georges w bush a apporte la liberte et la paix au peuple irakien. Plus de maison, plus de femme, d\\\'enfant, de jambe pour certain ou de mari pour d\\\'autre. sans compter que ce pays est l\\\'un des plus dangeureux au monde actuellement. je n\\\'arrive pas a distinguer la liberte dans tout ca mais peut etre que je me trompe...Elle est peut etre bien cache sous une petite pierre comme oussama Ben Laden dont Bush a dit "I just don\\\'t spend much time on him"...euh, le but a la base c\\\'etait pas de liberer aussi les etats unis de la menace terroriste???

drzz 14/12/2006 13:05

HeLLO :
Comment encourager à réussir si le concept de réussite n'est pas bien vu par la société ?

Leroidavid 13/12/2006 03:04

Très beau commentaire de Déborah au très beau texte de Drzz, que j'ai moi aussi beaucoup apprécié.

HeLLo 12/12/2006 22:45

drzz écrit ddans son article:"Depuis quand la notion de succès est-elle devenue une tare ?"...c'est tellement vrai...ceci est a mon avis fondamental. il existe malheureusement j'ai l'impression un état d'esprit de culpabilité envers la réussite.. je ne sais pas si ça vient du communisme ou d'une sorte de morale religieuse ou pas, ou plus recemment de la contemplation de la misere du monde... cette comme on m'a dit un jour, 'un patron français qui arrive en rolls, il a peur de se la faire rayer par ses employés, mais un patron anglais, ses employés l'admire. un patron anglais qui arrive en mini, ses employés se foutent de sa gueule!"cette imbécilité n'est pas sans me rappeler la nouvelle méfiance envers la science. le reniement du progres...