Le dilemme cornélien des Démocrates

Publié le par drzz

Auréolés de leur victoire, les Démocrates sont placés dans une situation délicate, d’aucun dirait embarrassante. Ils ont gagné les deux chambres, et se retrouvent avec les défis intérieurs des Etats-Unis, et un droit de regard sur la politique étrangère. En d’autres mots, ils partagent la responsabilité des erreurs ou des réussites de l’administration Bush durant les deux prochaines années.

Si les stratèges démocrates sont ceux de John Kerry en 2004, le parti ira droit dans le mur en confrontant la Maison Blanche de front sur tous les sujets. En augmentant les impôts et en prônant un virage sec en Irak – réalisant par là ses promesses électorales –  il s’attirera les louanges de sa base et la foudre de tous les autres électeurs. Une Nancy Pelosi fouillant les dessous de la guerre en Irak et un Ted Kennedy appelant Cheney à la barre, c’est un peu ce que les médias nous ont annoncé. A la clé, une déroute démocrate pour 2008.

S’ils sont plus subtils, nous pourrions assister à la métamorphose du parti démocrate. En effet, pour la première fois depuis douze ans, il contrôle le Congrès. Clinton a été longtemps un Président fantoche plutôt qu’un vrai décideur, cela était dû à sa complaisance envers les parlementaires républicains. Pendant six ans, le législatif a neutralisé l’exécutif et cela a donné lieu à des cafouillages honteux – voyez la gestion clintonienne des conflits d’ex-yougoslavie. Durant cette période, les Etats-Unis n’étaient pas «en guerre» et ont multiplié les reculades, au grand dam des stratèges du Pentagone et des néoconservateurs.

Temps de guerre, autres mœurs. Le plus lourd handicap des Démocrates est de paraître faibles et inconstants. Ils savent, du moins les plus lucides, que cette étiquette va les poursuivre et les condamner à l’opposition. Bien sûr, clameront-ils, ils viennent de gagner, mais la réalité est plus complexe. Ils ont gagné par l’absence de l’autre, et non en mobilisant de nouvelles troupes. Une part de la base conservatrice s’est abstenue de voter, vexée par les scandales qui ont ébranlé son parti. Si les Républicains la remobilisent, les Démocrates sont condamnés à perdre en 2008, et plus tard. D’autant plus que la base conservatrice est numériquement supérieure à celle des Démocrates, et mieux organisée.

Là est tout l’enjeu : il est possible que les ânes se muent en éléphants. Pas sur les valeurs morales, entendons-nous bien, ni sur l’économie. Dans ce dernier domaine, ils agiront peut-être "à la Clinton" : ils chaufferont les sièges du Congrès en ne proposant aucune motion susceptible de diminuer la croissance ou d’augmenter le chômage. Ils feront voter ça et là des lois pour flatter leur électorat, sans que ces lois n’aient de valeur réelle. Par contre, là où ils pourraient changer, c’est dans le domaine de la défense. Vous n’y croyez pas ? Howard Dean, chantre de l’extrême gauche qui avait prédit la défaite en Irak en 2004, a affirmé, hier, que les Démocrates voulaient «stabiliser l’Irak» avant d’envisager un retrait. Nancy Pelosi, la nouvelle speaker de la Chambre , qui avait apporté son soutien à une proposition de son collège John Murtha sur un retrait immédiat d’Irak, change complètement de ton. Il est d’ailleurs fort probable que Murtha soit mis de côté pendant les deux ans à venir. Dans cette perspective, le parti démocrate se séparerait de son aile dure qui le pénalise depuis six ans et deviendrait un parti en guerre. Nous risquerions d’assister à des scènes surréalistes, du genre Hillary Clinton qui fait voter une loi pour durcir les conditions à Guantanamo ou Harry Reid qui soutient l’envoi de plus de troupes en Irak. Irréaliste ? Non, seulement politique. Si les Démocrates s’engagent sur cette voie, la bataille de 2008 deviendra ardue, car ils gagneront du crédit dans un domaine où il sont à la traîne.

Je suis assez sceptique quant à cette perspective. Les Démocrates seraient très malins de combattre les Républicains sur le domaine de la sécurité – et la guerre globale contre l’islam radical avancerait. Mais ils sont dominés par leur aile dure depuis si longtemps qu’une séparation ne pourra pas se faire sans douleur, et que sous le pilonnage ininterrompu des conservateurs. Qui, chez les ânes, a les épaules pour proposer une telle idée ?

Une chose est certaine, les Démocrates devront changer s’ils envisagent de durer. En tant que conservateur, je ne le souhaite pas, mais deux ans d’apathie dans la guerre contre la terreur, avec l’Iran en passe d’avoir la bombe, c’est un danger pour la survie de l’Occident. Et je ne suis pas partisan jusqu’à souhaiter le pire pour prouver la justesse de mes idées. La survie d’Israël étant en jeu, il est nécessaire d’espérer un sursaut de maturité chez les Démocrates, tout en souhaitant leur défaite aux prochaines présidentielles, l’un n’évitant pas l’autre.

Le plus drôle dans cette perspective serait la tête des Européens, les éternels laissés pour compte du grand échiquier. Imaginez-les ! Ils verraient  le New York Times et le Washington Post devenir belliqueux et plus américains qu’ils ne le sont. Et cette couverture du Time magazine fustigeant la mollesse du Vieux Continent et appelant à combattre l’Iran ?

On peut rêver…

D'autres articles sur le même sujet : Le nouveau Congrès américain

 

 

 

 

 

 

Publié dans drzz

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

drzz 21/11/2006 19:29

Le dilemme des Démocrates... c'est que leurs représentants ne sont pas tout à fait des Démocrates :
Au sénat, les 4 sénateurs démocrates qui avaient voté pour le juge conservateur Samuel Alito sont toujours là (Ben Nelson, Kent Conrad, Robert Byrd et Tim Johnson). Et Bob Casey Jr a soutenu la candidature d'Alito. Cela fait déjà une majorité putative en faveur de l'élection de juges conservateurs à la Cour suprême (49 rep + 5 dem), d'autant plus que Chafee n'est plus là pour se joindre aux démocrates.
En fait, c'est à la marge que se feront les votes. les démocrates ont 35 sièges de majorité à la chambre. Il y avait 37 blue dogs dans la chambre sortante (il y en aura d'avantage) ce qui en fait un groupe charnière qui pourra faire pencher la balance du côté des républicains. Sans oublier ceux membres ou proches des centristes du "Democratic Leadership Council" (Joseph Lieberman) et les "democrats for life" anti-avortement (32 représentants démocrates de la chambre et 4 sénateurs + 3 gouverneurs).
Le caucus des démocrates progressistes (ceux qui s'inscrivent à gauche comme Dennis Kucinich, Jesse Jackson) comptaient 58 membres (sur 200 élus à cette époque). Douze nouveaux candidats soutenus par les démocrates progressistes ont été élu lors des élections de 2006 dont un seul Sherrod Brown, représentant de l'Ohio, élu dorénavant au Sénat. S'ils sont 70 à s'inscrire à gauche, reste néanmoins 165 représentants démocrates qui préfèrent les groupes centristes ou conservateurs.

ETF 12/11/2006 02:36

Vous voyez de la haine où il n'y en a pas.
Limbaugh fait partie de la chambre d'écho républicaine. C'est un porteur d'eau. Ni plus ni moins. Pas de quoi polémiquer.

drzz 11/11/2006 23:25

Je crois que vous n'avez pas très bien compris son intervention. La haine est jamais bonne conseillère...
Limbaugh s'est plaint du peu d'interventions du Congrès républicain et a dit. en substance, que ces sénateurs et députés de l'ancienne majorité l'avaient laissé aller, lui et quelques autres, seuls au charbon.
Ni plus, ni moins. Pas de quoi polémiquer.

ETF 11/11/2006 23:17

J'ai cité mes sources.

Et le fond reste le même.
Rush Limbaugh n'est qu'un vulguaire porteur d'eau pour les Républicains, de son propre avoeu.

Mais ça on le savait déjà.

drzz 11/11/2006 15:35

Sioux, si tu veux jouer, tu es en train de perdre ton temps.