République islamique de France : sus aux libres penseurs

Publié le par drzz

La soummission continue, dans l'indifférence la plus complète...  dans le Figaro aujourd'hui :

Dans Le Figaro daté de vendredi, le directeur de la publication et le directeur de la rédaction du quotidien réagissent à la mise sous protection policière d’un philosophe menacé de mort pour avoir écrit une tribune très critique sur l’islam dans les colonnes du Figaro.

 
DEPUIS une dizaine de jours, un professeur de philosophie est menacé de mort pour avoir écrit dans Le Figaro une tribune très critique sur l’islam. Il a dû interrompre ses cours, quitter son domicile et se placer sous la protection de la police.
 
Le Figaro est un journal ouvert à des opinions diverses. Tous les jours, nous accueillons dans nos colonnes des points de vue contradictoires, des débats, des controverses. Bien entendu, nous avons une ligne éditoriale forte et nous ne partageons pas toutes ces idées, loin de là, ni la façon dont elles s’expriment parfois. Mais nous considérons que, au-delà de l’information, le rôle d’un journal est de fournir à ses lecteurs tout ce qui peut leur permettre d’analyser en profondeur l’actualité. Or, pour comprendre notre monde, pour se faire une opinion, il faut aussi savoir regarder ceux qui vivent autrement et écouter ceux qui pensent différemment.
 
Nous condamnons donc avec la plus grande fermeté les graves atteintes à la liberté de penser et à la liberté d’expression que cette affaire a provoquées.

 

 
 

Publié dans drzz

Commenter cet article

drzz 02/10/2006 14:15

Cela me fait penser aux émeutes de novembre...
"Nous comprenons mais n'approuvons pas"...?
 
 
 

Leroidavid 30/09/2006 02:58

Pour les amateurs, voici quelques déclarations, faites par diverses personnes et organisations, au sujet de cette affaire scandaleuse:
Gilles de Robien, le ministre de l'Education nationale, se déclare "solidaire" du professeur, tout en soulignant qu'"un fonctionnaire doit se montrer prudent et modéré en toutes circonstances" (Déclaration sur RTL, jeudi 28 septembre)
 

[Merveilleuse lâcheté du ministre de l’Education Nationale]
 


 

Dalil Boubakeur, président du CFCM, recteur de
la Grande Mosquée
de Paris: "Je suis contre toute forme de violence. Je suis pour la liberté d'expression et le respect des religions. [........] Je condamne tout autant les propos de ce monsieur que l'attitude de ceux qui veulent jouer les justiciers. Je ne les considère pas, d'ailleurs, comme des musulmans. Soyons clairs : ce n'est pas l'islam, qui est violent, mais ceux qui au nom de l'islam, pratiquent la violence"."Il faut être prudent dans le climat de tension que traverse actuellement la communauté musulmane, sur le plan national et international." "Après les caricatures, certaines déclarations sur la violence de l'islam ou le manque de raison dans la religion musulmane, on voit de plus en plus que des amalgames sont faits entre islam et islamisme, et on confond souvent l'un et l'autre, ce qui est une erreur inacceptable." Dalil Boubakeur déplore dans le même temps la situation de Robert Redeker: "Je suis triste de le voir inquiet et menacé, c'est inacceptable. Nous sommes dans un pays de droit et nul n'a la faculté de se faire justice lui-même". Mais il estime qu'il y a "dans tout cela plus d'agitation et de rodomontades que de menaces sérieuses". (Reuters, 29 septembre)
 

[Donc le grotesque Dalil Boubakeur veut nous faire croire qu'il n'a rien à voir avec les puants islamistes, alors qu'il "condamne TOUT AUTANT" (c’est à dire de la même manière) celui qui écrit des articles exprimant sa pensée et ses analyses, et ceux qui, en réaction à l’exercice pacifique de ce droit démocratique, menacent leur auteur de mise à mort]
 


 

Le Mrap : "La provocation génère l'inacceptable". Nous "réclamons d'une même voix la condamnation des propos provocants de M. (Robert) Redeker, sa protection contre toute atteinte physique et le châtiment des auteurs de ces inadmissibles intimidations et menaces de mort". "C'est d'abord à ses propres limites que vient de se heurter M. Redeker", "preuve s'il en était besoin que toute forme de violence en appelle hélas d'autres en retour, parfois plus extrémistes encore". "Dans un contexte marqué par un climat propice aux amalgames entre islam, terrorisme, intégrisme, violence, musulman, cette diatribe violente heurte non seulement les lois de
la République
mais contribue puissamment à renforcer les suspicions d'ennemi de l'intérieur et les amalgames du type 'musulman-fanatique-violent-terroriste' visant chaque jour davantage les populations arabo-musulmanes en France et en Europe". (Communiqué, vendredi 29 septembre)
 


 

[Un pas de plus du MRAP sur le chemin de l’abjection… De tels propos donnent envie de vomir… Toujours cette façon infecte d’accuser les victimes d’être les coupables…et de présenter les musulmans coupables comme étant des victimes... Pouah!]
 

Leroidavid 30/09/2006 02:40

On aimerait aussi savoir ce que fait à ce sujet notre Ministre de l'Intérieur, qui prétend être quelqu'un de ferme (mais du genre "mollement ferme", si l'on en juge par son action concrète dans le cadre de nombreuses affaires de son ressort...).
 

david 29/09/2006 20:30

Sur France Echos, une série d'articles excellents sur cette affaire honteuse...

Welcome to Francarabia !!

drzz 29/09/2006 11:17

C'est dément.... que l'on puisse laisser faire ça ! Et la République ne paie même pas pour protéger ses propres citoyens !! Les frais sont à sa charge ??!
Voltaire doit en vomir.